L’AP-HP veut-elle plumer les étudiants en soins infirmiers les élèves aides-soignants et auxiliaires de puériculture ?

Communiqué du dimanche 7 décembre 2014

La nouvelle stratégie de la direction de l’AP-HP (Assistance Publique des Hôpitaux de Paris) avec la complicité de la région île de France serait-elle de plumer les étudiants en soins infirmiers, les élèves aides-soignants et auxiliaires de puériculture pour combler le déficit colossal créé par la mauvaise gestion de ses précédentes directions ?

Depuis le mercredi 3 décembre le Collectif NB3NP enquête, alerté par des étudiants en soins infirmiers de différents IFSI gérés par l’AP-HP.
Des informations contradictoires émanant des différents IFSI de l’AP-HP et du conseil régional d’ile de France laissent planer le doute !
Une majeure partie des étudiants qui ne rentreraient pas dans certains critères prédéfinis par l’AP-HP et le conseil régional d’ile de France devraient financer intégralement leur formation.
Il en serait de même pour les élèves aides-soignants et auxiliaires de puériculture.
La somme serait de plus de 22000 euros pour les 3 années pour les étudiants en soins infirmiers hors frais d’inscription et hors frais d’assurance sécurité sociale étudiante.
Pour les élèves aides-soignants et auxiliaires de puériculture la somme s’élèverait à pratiquement 7000 euros pour l’année de formation hors frais d’inscription et hors frais de sécurité sociale.

Cette situation ubuesque et injuste qui va à l’encontre de tous les principes d’équité entre étudiants sur le territoire national est intolérable !
Pour exemple les écoles d’ingénieurs parisiennes les plus prestigieuses coûtent environ 1000 euros par an !

La région île de France forme chaque année environ la moitié des infirmiers de tout le territoire français.
Une baisse du nombre d’infirmiers formés aurait des conséquences désastreuses en termes d’accès , de qualité et de sécurité des soins pour les usagers aussi bien en île de France que sur tout le territoire.

Le Collectif NB3NP appelle tous les professionnels mais aussi les usagers à soutenir les étudiants en soins infirmiers, les élèves aides-soignants et auxiliaires de puériculture et à s’insurger contre cette éventuelle mesure discriminatoire et contre-productive.

Le Collectif NB3NP appelle la direction de la région île de France et la direction de l’AP-HP à clarifier rapidement cette situation.

Le Collectif NB3NP demande aux ministères de tutelles que sont le ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur ainsi que le ministère des affaires sociales de la Santé et du droit des femmes à prendre leurs responsabilités.

L’addition de fin d’année pour les étudiants en soins infirmiers , les élèves aides-soignants et auxiliaires de puériculture ne sera pas salée !

Collectif NB3NP

monnaie